Loi éphémère sud africaine concernant les jeux en ligne

Loi éphémère sud africaine concernant les jeux en ligne

En dépit d’une décision sud-africaine de la Cour suprême contre Piggs Peak Casino en 2012, un certain nombre d’opérateurs de casinos internationaux persistent encore dans la commercialisation de leurs services aux joueurs qui veulent jouer en rands sud-africains. Le seul argument plausible de ces casinos en ligne serait de viser les résidents non sud-africains. Un fait qui relève d’une compétence subsidiaire, cependant, est que les opérations utilisant la monnaie sud-africaine rendent certains cas suspects. Des transferts très probablement faits par le biais du système financier sud-africain, d’après les observateurs.

Ralentissement des poursuites judiciaires

Le casino en ligne sud affricain PiggsPeakUn des plus grands défis dans le suivi et le contrôle de l’activité de casino en ligne illicites, à la fois en Afrique du Sud et à l’étranger, est l’application de la loi et de priorité nationale. Comme l’Afrique du Sud, les pays en développement sont souvent confrontés à un barrage de questions sociales, y compris les crimes et la corruption. Et avec les récentes actualités à propos de la criminalité dans cette partie du continent africain, on peut comprendre pourquoi la cessation des poursuites judiciaires dans le domaine des jeux de casino en ligne. Pourtant, avec les Australiens, les Sud-Africains représentent quelques-uns des plus riches joueurs de jeu en ligne au monde. Heureusement, malgré la fermeture de Piggs Peak, un bon nombre des casinos internationaux bien établis répondent aux demandes des joueurs voulant jouer en Rands.

Un nombre croissant de joueurs en ligne

Contrairement aux marchés indiens qui font face à des défis législatifs similaires, le marché du casino en ligne sud-africain est surtout très lucratif pour les opérateurs de jeux en ligne. Alors que la menace juridique existe clairement, l’ironie de la situation est que de nombreux Sud-Africains se trouvent attirés par les casinos physiques. En raison de la perception de la sécurité et des possibilités de divertissement alternatives, ces casinos ont été réglementés et autorisés par l’État. Les joueurs sont conscients des risques de litige et leurs gains peuvent directement être virés à leurs comptes bancaires locaux. Pourtant, la commodité des jeux en ligne en argent réel se révèle très populaire auprès des joueurs sud-africains. Ce, malgré les risques qui sont souvent perçus comme non crédibles.

Résolution finale

Avec quelques barrières liées à l’ouverture de nouveaux sites, les clients potentiels et un risque relativement faible de poursuites, les opérateurs internationaux de casinos en ligne sont loin de cesser de viser le marché en Afrique du Sud. Le mieux peut-être serait la mise en œuvre et l’application d’une réglementation du jeu en ligne dès que possible. Non seulement elle va servir à contrôler les sites de jeux en ligne et paris sportifs, mais il est sûr de générer d’importantes recettes fiscales grâce à cette nouvelle loi. Jusque-là, les joueurs sud-africains vont probablement continuer à bafouer la loi en jouant sur l’hôte de choix à leur disposition. Cependant, le financement de comptes de casino en ligne à l’aide des cartes de crédit ou de comptes bancaires sud-africains peut parfois poser des problèmes. Toutefois, d’autres options comme MoneyBookers et NETeller sont facilement accessibles pour les acteurs locaux.